Édition du Samedi 31 Janvier 2004
Modélisme ferroviaire

A l’occasion du salon Festirail qui a lieu ce week-end, à la salle des sports de Pont-à-Marcq

Les Amis du PP vous emmènent en tortillard

Dans le cadre du salon du chemin de fer et du modélisme ferroviaire, Festirail, qui a lieu ce week-end à Pont-à-Marcq, une jeune association, Les Amis du PP, fera sa première sortie.
L’occasion de renouer avec l’histoire du tortillard qui, de la fin du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe siècle, a relié Pont-à-Marcq à Pont-de-la-Deûle.
Le PP.– C’était le nom familier donné au petit train qui a desservi, à partir de 1896, la ligne Pont-à-Marcq - Pont-de-la-Deûle sur une trentaine de kilomètres (en passant par Tourmignies, Mérignies, Bersée, Faumont, Mons-en-Pévèle, Thumeries, Moncheaux, Raimbeaucourt, Roost-Warendin et Auby) jusqu’en 1956 pour les voyageurs, et jusqu’au début des années 1990 pour les marchandises.
Les Amis du PP.– L’association a été créée à la fin de l’an dernier, à Mons-en-Pévèle, à l’initiative d’un Douaisien, Guy Desbiens, qui avait habité Mérignies et Faumont. Elle compte une trentaine de membres dont la plupart ont un lien avec le PP : enfants de chefs de gare, garde-barrières, conducteurs de locomotives ou fils de cheminots, amateurs d’histoire locale... « Le PP, c’est devenu une grande famille, un peu comme chez les mineurs », explique Josiane Dumetz-Turpein, la secrétaire adjointe de l’association qui habite Lauwin-Planque et dont le père était chef de gare à Mons-en-Pévèle.
Ils se sont rencontrés après la réalisation, par Guy Desbiens, d’un film à l’occasion du centenaire de la ligne de chemin de fer. Une heure et quart de projection dans laquelle, au gré d’une balade sur l’ancien tracé de la voie, aujourd’hui transformée en sentier pédestre, Guy Desbiens a recueilli les témoignages de ceux qui avaient bien connu ce tortillard pour y avoir travaillé ou l’avoir emprunté.
Les buts de l’association.– Après le succès de plusieurs projections, les Amis du PP ont décidé d’organiser, une fois par an, une manifestation (exposition, conférence, projection, débat) pour cultiver l’histoire du tortillard. Leur but est, aussi, de publier une revue annuelle qui comportera des documents et des témoignages. En outre, ils projettent de rééditer un ouvrage, Excursion en Pévèle à bord du petit train, publié en 1898 par l’abbé Dal. Enfin, ils souhaitent promouvoir l’aspect touristique du parcours en y organisant des promenades. A pied d’abord, voire, un jour, en petit train...
Un devoir de mémoire.– Le mardi 17 février 1948, une terrible collision entre le PP et un train de marchandises fit 24 morts à quelques centaines de mètres de la sortie de la gare de Thumeries. La plupart des victimes étaient des jeunes femmes venant du Douaisis travailler à la sucrerie Béghin (le PP était aussi surnommé « train des Béghinettes »). « Elles venaient de tous les villages desservis par le train et jamais personne n’a pensé à honorer leur mémoire », explique Guy Desbiens. D’où l’idée d’organiser, le mardi 17 février prochain, une cérémonie de recueillement sur la place de l’ancienne gare de Thumeries et, à terme, d’y faire ériger une stèle.
Prochains rendez-vous.– Outre leur présence au salon Festirail, les Amis du PP participeront aux festivités du 700e anniversaire de la bataille de Mons-en-Pévèle en organisant, les 29 et 30 mai, des conférences, une exposition et une projection du film, Un train nommé PP.
Contacts.– par téléphone :03 27 71 62 05 ;
par courriel : webmaster@lesamisdupp.com ;
site Internet : lesamisdupp.com

A l’occasion du salon Festirail qui a lieu ce week-end, à la salle des sports de Pont-à-Marcq

Les Amis du PP vous emmènent en tortillard

Photo

Autour de Guy Desbiens, quelques-uns
des Amis du PP: tous ont une foule de souvenirs de la petite voie ferrée, à
voie unique, qui serpentait dans la campagne.

Ph.«La Voix»